Grande-Bretagne

Au bord des falaises de Moher

Jour 1 : Fáilte go hÉirinn (Bienvenue en Irlande)

 Nous arrivons donc à Dublin le 29/02 vers 14h. Au vu de l’heure tardive, nous nous mettons à la recherche d’un restaurant. Nous longeons un moment la rivière Liffey et arrivons à Temple Bar, et plus précisément au Shack Restaurant afin de nous restaurer. 

Nous laissons la visite de Dublin pour la fin de notre voyage et rejoignons rapidement la gare des bus et embarquons dans celui qui nous emmènera à Galway, sur la côte ouest de l’ile. Nous avons voyagé avec la compagnie City Link, il faut compter 27€/personne pour le trajet aller-retour (23 € si acheté sur internet). Nous arrivons à Galway sous le vent et la pluie.

Cette ville est réputée pour sa créativité artistique et l’ambiance animée qui bat son plein tout au long de l’année.

Nous avions réservé une chambre au Harbour Hotel, qui, comme son nom l’indique, se trouve dans le port de Galway. Après quelques tours du port (pas très grand mais mal indiqué dans la nuit tombante), nous trouvons enfin notre hôtel et y déposons nos sacs avant d’affronter à nouveau la pluie et le froid afin de trouver un restaurant.

Plus par dépit que par choix, nous nous rendons finalement au  Mc Donalds du coin. Nous passons également par une épicerie afin de prévoir notre lunch et petit déjeuner du lendemain.

Jour 2 : les Falaises de Moher

Après une nuit plus qu’agitée à cause de la tempête qui fait rage dehors, nous prenons un petit-déjeuner rapide (et pas terrible) avant de reprendre le bus direction les falaises.

Nus avions regardé rapidement la veille les bus à prendre pour arriver aux falaises et.. pas facile de s’en sortir ! Nous devions prendre deux bus différents  et nous n’étions pas certains de pouvoir attraper le dernier bus nous ramenant à Galway en fin de journée (ils viennent en moyenne une fois par heure et ne sont pas synchronisés).

Nous voilà donc partis à travers la campagne irlandaise (tellement fidèle à ce à quoi nous nous attendions) et nous passons notamment par la charmante ville d’Enistymon, qui est traversée par la rivière Cullenagh et bâtie près de magnifiques cascades naturelles. Nous n’avons malheureusement pas su nous arrêter pour faire de plus jolies photos.

Les « Cliffs of Moher » dans la langue de Shakespeare font partie des plus belles falaises d’Irlande. Elles sont située dans le sud ouest de l’ile (dans le comté de Clare) et sont tout simplement un incontournable dans le tourisme irlandais. Hautes de maximum 214m, il est possible de longer les falaises grâce à des petits sentiers sur environ 8km (et lorsque le temps le permet). Au vu de la masse de touristes affluent chaque jour, les Falaises ont été étiquetées « Site Protégé » par l’Etat Irlandais et ce, depuis 1989. Comptez 8€ par personne pour entrer sur le site.

Nous arrivons aux falaises sous la pluie et le vent, nous n’avons donc malheureusement pas  pu visiter énormément. Nous sommes tout de même assez impressionnés par le panorama que nous offre la Tour O’Brien. Prenant notre courage à deux mains, nous bravons le mauvais temps pour atteindre le sommet de la première falaise mais la force du vent rend le chemin assez dangereux. Le sentier initial  était inondé, nous avions donc décidé passer de l’autre coté de la barrière de sécurité, moins humide mais très boueux et extrêmement glissant (nous étions juste à côté de l’a pic). Un couple de touriste nous suivait, la nana aurait même été emportée par le vent si son copain ne l’avait pas retenue…  Pou le retour, nous décidons donc de nous mouiller les pieds (il vaut mieux ça à glisser du bord de la falaise)

Le retour à Galway se passe sans encombre (et nous réussissons même à attraper les bus à temps, victoire!).

Après un rapide passage par l’hôtel, nous ressortons et parcourrons la ville à la recherche, cette fois-ci, d’un « vrai » restaurant. Nous tombons sur le « Front Door Sonny’s Bar and Restaurant », charmant restau-bar qui rediffuse les matchs de foot à l’occasion. Au menu : un hamburger pour Mister et un Stew des plus traditionnel (accompagné d’une Guiness, évidemment) pour Mrs. Nous terminons la soirée par la rue commerçante ou des artistes de rue se regroupent dès la fermeture des magasins. Nous n’avons aucun mal à imaginer un futur Ed Sheeran parmis ceux-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *